Les irréductibles de Lost

Forum pour les nostalgiques et passionnés de la série Lost. Venez partager vos analyses et théories, parler mythologie, histoire, géographie, littérature, musique...


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Les Misérables

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Les Misérables le Sam 19 Juil 2014 - 0:59

Sudena

avatar
Je sais, ça manque singulièrement de nouveauté mais ce roman est celui qui m'a le plus marqué. Je l'ai lu à l'âge de dix ans et ça a été déterminant dans ma vie. Il est le plus complet que j'aie jamais lu. Victor Hugo marie tous les styles (en tout cas le plus possibles): il y a un drame, une romance, un travail de journaliste et de géographe local, une leçon d'histoire, de la guerre, de l'épique (la description de la bataille de Waterloo), de la philosophie, un thriller (la poursuite jusqu'au couvent du Petit Picpus), de l'horreur (le fontis), du social... tout y passe! Et ce n'est jamais énervant ni lassant! Le roman s'articule autour de personnages "symboliques" d'un type (les autres faisant le corps de l'intrigue autour d'eux pour mieux les valoriser), il y a:
-le saint: Jean Valjean
-l'autorité: Javert
-la fripouille: Thénardier
-la martyre: Fantine
-le gamin de Paris: Gavroche
-la Révolution: Enjolras
Nous nous promenons autour d'eux ou en eux par la forme du narrateur omniscient et nous voyons aussi le monde dans lequel ils évoluent par les yeux de l'auteur réincarné en personnage: Marius. Naissant, évoluant au gré des rebondissements ou des (grosses) parenthèses, nous sommes amenés à recroiser les peurs de notre enfance, à assister impuissants à l'agonie d'une jeune femme faite d'Amour (la majuscule est volontaire), à être témoins d'un guet-apent de la pègre, à nous insinuer par deux fois aux tréfonds d'une âme torturée, à rire des bons coups d'un gamin débrouillard, à partager l'intimité des sentiments et des premiers moments de deux jeunes amants, à crier à gorge déployée "Vive l'Empereur!", à nous retirer complètement bouleversés devant la majesté de quelques insurgés, à sentir la puanteur des égoûts, à être finalement amenés dans la lumière pleine de larmes de la mort omniprésente à la fin du roman. C'est tout simplement une tranche de vie que nous sommes amenés à partager avec ces gens...et nous nous interrogeons sur nous-mêmes et sur ce qu'on est amener à aimer ou à détester, et pourquoi...

2 Re: Les Misérables le Sam 19 Juil 2014 - 18:30

Sunil

avatar
Administrateur
J'ai moi aussi adoré ce chef d’œuvre.
Découvert par quelques extraits de lecture à l'école, puis en version adaptée aux enfants dans la bibliothèque verte, j'ai finalement dévoré l'intégrale lors d'une convalescence, à 25 ans, victime d'une mauvaise hépatite au Maroc où je faisais ma coopération.
Comme tu le dis si bien, il y a tout dans ce roman !

http://www.lost-forever.com

3 Re: Les Misérables le Dim 20 Juil 2014 - 3:07

Sudena

avatar
A ce propos, il y a quelques années j'ai écrit une petite conversation fictive entre mes deux personnages préférés (quand je dis "préférés" je pèse mes mots: l'un des deux a constitué une grande partie de mon surhomme et a largement participé à ma construction): c'est plus un délire qu'autre-chose, m'enfin...



"Tu es beau et courageux. Tu as de grands idéaux, on te suit au combat. Tu as des amis fidèles. Mais la seule fin pour eux est de mourir pour toi. Enfant: tu ne sais pas le vrai sens du mot "vie". Tu n'as jamais eu faim, tu n'as jamais eu froid. Moi j'ai tout enduré. J'ai tout vécu aussi: j'ai payé à la vie le prix qu'elle demandait: tout mon corps, tous mes pleurs. Toi tu avais de l'argent: tu refaisais le monde en buvant du café, voulant naïvement changer la société...
-En quoi ais-je mal fait?..
-Tu n'as jamais aimé.
-Et que faisais-tu toi?
-Mère mais pas mariée: voilà ce que j'étais. Pour ça la société m'a jetée dans la rue. Alors j'ai tout vendu: mes cheveux et mes dents, et mon honneur de femme... Je survivais sans feu, je pleurais tous les soirs. Et pourtant Enjolras, j'avais envie de vivre... Je vivais pour ma fille et je lui ai tout donné. Je ne l'ai pas revue, jamais... Et je suis morte ainsi.
-"Pour ça la société m'a jetée dans la rue"... Ta fille a oublié jusqu'à ton existance car tu ne pouvais pas l'avoir auprès de toi... Tes malheurs sont le fait de cette société: peux-tu me reprocher de vouloir la changer? Trouves-tu indécent d'avoir eu de l'argent, des idées et du temps pour avec mes amis afuter des fusils? Je me battais pour toi et pour tous tes semblables qui crevaient tous les jours de faim, de soif, de froid. Je voulais que la vie puisse être un peu plus juste. Et j'ai eu comme toi la mort en récompense. Fantine, on se ressemble: tu as donné tes larmes et j'ai donné mon sang...
-Tu es un pur.
-Tu es un ange."

4 Re: Les Misérables le Dim 20 Juil 2014 - 8:45

Sunil

avatar
Administrateur
Joli !

http://www.lost-forever.com

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum